Une histoire de l’anticommunisme: Ion Gavrilă Ogoranu (Ière partie)

Condamné avant 1945 mais aussi âpres, le seule but de Ogoranu a été de lutter contre toutes les régimes totalitaires. Bien qu’il regardait la meurt avec sérénité, pour 30 ans il n’a pas été capture par la Sécurité, en servant in idéal qui résumait le désaccord de la nation roumaine en concernant les communistes. Oui, c’est incroyable, mais vrai, dans ces temps en Roumanie existaient des hommes capables de lutter contre un régime totalitaire. Ce n’est pas la même chose aujourd’hui.

Ion Gavrilă Ogoranu est nee le 4 janvier 1923 dans le village de Gura Văii (La bouche de la Valee. Il a suivi les cours de le licee „Radu Negru” en Făgăraş, ou il a devenu membre de la Fraternite de Croix „Negoiu”.

La Fraternites de Croix etaient en Roumanie le premiere organisation educationelle des ceux qui voulaient devenir membres de la „Garde de Fer”. C’etait des organization seulement educationalle, sans implication politique.  Mais qu’est ce que c’est «La Garde de Fers » ?

 

LA QUERELLE LEGIONARE

Bon. Alors c’etait 1927 et dans Roumanie n’existait pas aucun mouvement antisemite. Disons que c’etait un toute petite probleme: les roumains etait un peuple tolerant, et la Constitution de 1923 en confirmait.  Le 24 Juliet, Corneliu Zelea Codreanu fonde la «Garde de fer », ou les « Légions de l’Archange Michael », un mouvement  nationaliste, xénophobe, et antisémite mais chrétien.
Ce n’est pas nécessaire de parler sur l’histoire de ce mouvement, parce’ qu’elle existe sur wikipedia, Il est tres utile de savoir que la « Garde de fer » ne peut pas être considérée un mouvement proprement fasciste, mai plutôt franquiste grâce a son intégrisme chrétien.

Pour la mythologie historique des roumains, les légionnaires ont fait une seule erreur tres grave> ils ont assassine le grand historien Nicolae Iorga.

Mais, âpres l’arrive des communistes les légionnaires sont été ceux qui ont lutte contre le régime de Gheorghiu-Dej. Ils ont alimentait l’idéal de la liberté et beaucoup d’eux sont morts dans les prisons de la Sécurité. Il est vrai qu’ont été emprisonnées aussi des autres intellectuelles, mais la plupart était légionnaire.
C’est quoi donc la querelle ?

Aujourd’hui le communisme est déclaré illégal. Ca c’est du bien. Mais sur ceux qui ont été torturée dans les prisons, on ne parle pas ! Sur ceux qui ont formée une Résistance dans les montagnes, on  doit savoir du rien.  Sur les générales brutales qui ont puni les jeunes avec la tige sur les testicules, on doit dire du rien : ils sont déclarées héros de la nation, et ont été enterre avec le drapeau sur la poitrine.

La mythologie historique roumaine en concernant les légionnaires est nourri aussi par certes prêtes orthodoxes qui sont été aussi emprisonnées et torturée, et qui ont fait des témoins tres favorables pour les légionnaires. Il semble que les jeunes légionnaires ont été moins antisémites que  les « capitaines ». Mais sur ces témoins on parle rarement, plutôt sur l’internet. Les livres écrites par les légionnaires ne sont pas suffisamment promues.  

Ion Gavrilă Ogoranu à ete premierment emprisonee en 1924 pour son activite dans la Fraternites de Croix. “Parmi les lutteurs de Resistence ont existait aussi des legionares, et les legionares sont une histoire qu’on ne doit pas parler en Roumanie, peut-être seulement les présenter comme un épouvantail » écrit en 1999 Ogoranu : « Et ceux qui ont analyse La Résistance ont constatée qu’en était beaucoup des légionnaires, c’est pour ca qu’on ne doit pas en discuter. Est-il possible de séparer Le Résistance en « bonne » et « mal » ? Pas de tout ! »

La verite sur l’activite de Ogoranu est revele en 2006, dans son volume autobiografique postume: ici on decouvre la facette pas honorable pour les ideals hipocrites de la majorite: les jeunes chretiens fascinees par la figure de Codreanu etaient toujours preparer a mourir pour le royaume roumain. Paradoxal: apres 1989 Ogoranu n’a pas ete membre de la Nouveau Garde de Fer. Au contraire, il a cree son propre parti nationale, pas de tout antisemite, et biensur… tombee dans l’abime de anonymat âpres sa meurt.

Des milliers des roumains ont été tue par le communisme, mais on doit savoir du rien sur ceux, parce’ que chacun d’eux est suspecte d’avoir une activité antisémite.